Créer un site internet

ETRE PRESENT

RISHI VIDYA

 

Être présent

Accueillir ce qui est, sans rien vouloir, ni prétendre, ni attendre ; en lâchant tout ce que nous ajoutons à ce qui est : les jugements, comparaisons , désirs, regrets, projections, croyances, convictions, et l’idée que nous nous faisons de nous-mêmes.

Lâcher la volonté de vouloir être en accord avec soi-même. Car, qu’est-ce que ce « soi-même » avec lequel on veut être en accord, si ce n’est l’ego ? Et qu’est-ce que l’ego ? Un ensemble complexe de vasanas, ou tendances, liés à un karma, une histoire, une mémoire, inconscientes, dont ce que nous pouvons raconter (notre « chemin de vie ») est une infime, infime partie.

L’ego ? Un ensemble qui croit choisir librement et savoir ce qu’il fait, alors qu’il est le fruit de conditionnements inconscients. Et, ce faisant, cet ensemble complexe qu’est l’ego, continue à fabriquer du karma et de la souffrance pour lui et pour les autres. Quasiment toutes nos actions sont des réactions, conséquences d’un égocentrisme inouï et aveugle. Que faire ?

S’ARRÊTER ET REGARDER.

S’ARRÊTER ET ECOUTER.

Au-delà de cette forteresse qu’est l’ego, et dont nous ne connaissons même pas tous les couloirs, tous les étages, toutes les pièces, il y a ce qui est.

Ce qui est, exige que nous fassions « Un avec » si nous voulons arrêter de semer la souffrance, de l’entretenir, de la cultiver, de la maquiller, de la nier. Car, plus on est dans le déni, plus on l’entretient.

Voir ce qui est, tel que cela nous advient, dans les limites de notre humanité, nous met à nu, sans appel, et sans secours. Dévastation de l’ego. Quand nous serons allés au bout de cela, alors nous serons libres. C’est ce qu’enseignaient les rishis, et personne ne peut savoir combien de temps (combien de vies !), ni combien d’épreuves seront nécessaires à cette dévastation de l’ego.

Personne.

C’est-à-dire : personne ne peut savoir combien de mensonges plus ou moins inconscients, nous seront encore nécessaires pour reculer le moment d’être face au réel.

Personne ne peut savoir combien de chemin a déjà été parcouru, ni combien de voiles recouvrent encore le réel.

Personne.

Un ego en accord avec lui-même, c’est de la rigidité mortifère. C’est pourtant ce qui berce nos belles illusions héroïques : « être en accord avec soi-même ». Peut-être même y a-t-il, ici ou là, des stages pour ça…

Ce n’est pas avec soi-même, l’ego, qu’il faut être en accord.

Mais en  vivant pleinement et consciemment l’expérience d’être incarné, c’est-à-dire limité, être en accord avec ce qui nous dépasse. C’est paradoxal mais c’est comme ça.

Accueillir ce qui se présente.

Pratiquer une discipline pour laisser de l’espace, du vide, de la vacuité en soi.

Grâce à cette « vacance », laisser le mental être dépassé, laisser les émotions se libérer (ne pas bloquer ces mouvements d’énergie). Alors, peut-être, l’ego peut entrer en résonance avec ce qui le dépasse, et, humblement, faire de cette incarnation une vie simple, belle et généreuse.

La destinée humaine n’est pas de devenir telle ou telle personne, mais de voir ce qui est.

Sumitra

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site